Actualités

La stabilité ne saurait être réalisée qu'à travers une solution juste à la question palestinienne


LA MECQUE (Arabie Saoudite) - Les chefs d'Etat arabes ont affirmé à l'unanimité lors du sommet arabe, dont les travaux se sont achevés vendredi, que la consécration de la stabilité dans la région ne saurait être réalisée qu'à travers une solution juste et durable à la question palestinienne, insistant sur le droit de l'Arabie Saoudite de défendre ses territoires.

Après passation de la présidence tournante des travaux du Sommet à l'Arabie Saoudite, le roi saoudien, Salmane Ben Abdelaziz a indiqué que la réunion avait porté particulièrement sur les défis exceptionnels qui guettent la sécurité du Monde arabe et la stabilité régionale et internationale ainsi que la stabilité de l'économie mondiale.

Il a souligné en premier lieu que la cause palestinienne demeurait "la première priorité jusqu'à ce que le peuple palestinien recouvre ses droits et établisse son Etat indépendant avec Al-Qods pour capitale, conformément aux résolutions internationales y afférentes et l'initiative arabe pour la paix".

Le souverain n'a pas manqué d'aborder à l'occasion les attaques ayant pris pour cible des navires dans les eaux territoriales des Emirats arabes unie. "Aujourd'hui, la sécurité arabe est menacée par les opérations les agressions qui ont ciblé des navires commerciaux dans les eaux territoriales des Emirats arabes unis (EAU)", a-t-il dit.

Pour sa part, le président tunisien Bedji Kaid Essebsi, a mis l'accent sur la poursuite des efforts pour mettre un terme à l'instabilité et le règlement des principales questions, particulièrement la cause palestinienne, et ce à travers une solution juste selon les références onusiennes et l'initiative arabe de paix.

Dans son allocution, le roi de Jordanie, Abdallah II a souligné que la consécration de la stabilité dans la région ne saurait se faire sans une solution juste et permanente de la question palestinienne sur la base de la solution de deux Etats et de l'initiative arabe de paix pour permettre au peuple palestinien d'arracher ses droits légitimes à l'établissement d'un état indépendant sur les frontières du 4 juin 1967, avec pour capitale Al Qods-Est.

L'Emir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah a aussi réaffirmé que tout plan de paix doit reposer sur la base d'un Etat palestinien, avec pour capitale Al Qods.

Dans son allocution, le président palestinien Mahmoud Abbas a précisé que la partie palestinienne ne prendra pas part à l'atelier de paix prévu à Bahreïn à l'appel des Etats Unis et de Manama.

- Les dirigeants arabes attachés à la paix et à la stabilité -

Le président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi a souligné que les Arabes sont attachés à leur sécurité nationale et n'accepteront aucune atteinte à leurs droits, appelant à activer les mécanismes de coopération arabe en matière de lutte antiterroriste.

Pour sa part, le président irakien, Braham Salah a souligné que la région a besoin d'une stabilité basée sur le système de la sécurité commune, appelant les pays voisins et les alliés à appuyer la stabilité de son pays. Il a souligné que la stabilité dans la région repose sur un système de sécurité commune basé sur le respect de la souveraineté, la non ingérence dans les affaires internes, le rejet de la violence et de l'extrémisme, indiquant que "nos démarches ne visent pas uniquement la mise en place d'un système économique et politique complémentaire avec nos frères dans le royaume, le Golfe et la région arabe mais ont plutôt pour objectif faire contribuer nos pays via les circuits diplomatiques à la concrétisation de la paix et de la stabilité permanentes dans la région ainsi qu'au règlement des crises qui y prévalent".

Mohamed Ould Abdelaziz, président de la République Islamique de Mauritanie a estimé que la nation arabe fait face à des défis sécuritaires majeurs, marqués par les actes terroristes de sabotage, les conflits armés que connaissent plusieurs pays arabes et les interventions étrangères, mettant en garde contre l'aggravation du risque des activités destructrices à travers les tentatives répétées de déstabilisation dans le Golfe. Mohammed Ould Abdelaziz a condamné vigoureusement les actes de sabotage qui ont mis en danger, la stabilité des marchés mondiaux de pétrole et la navigation maritime dans le Golfe. Mohamed Ould Abdelaziz a appelé à la nécessité de resserrer les rangs et de faire face à toute atteinte à la sécurité de la région, mettant l'accent sur l'importance de consolider l'action arabe commune et de consacrer les règles de solidarité et de fraternité pour faire face aux périls et relever les défis.

A rappeler que deux sommets d'urgence du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) et de la Ligue des Etats arabes ont été tenus, jeudi soir et vendredi matin, pour examiner les menaces sécuritaires auxquelles fait face la région du Golfe.