Sommet extraordinaire Chine-Afrique

Appel à une coopération internationale intensifiée pour contrer la covid-19 et aborder l’avenir


ALGER - Les participants au sommet extraordinaire Chine-Afrique sur le coronavirus ont appelé mercredi à une coopération internationale "intensifiée", à l'unité, à la solidarité et à des efforts conjoints pour contenir et atténuer la pandémie et mieux affronter l’étape post-covid.

Le Président la République, Abdelmadjid Tebboune a participé à ce sommet tenu par visioconférence perçu comme une occasion pour la Chine et les pays africains d""accroître la confiance mutuelle et la solidarité, de faire avancer la coopération multilatérale, de réduire l'impact du Covid-19 et de réaliser un meilleur développement pour tous".

Dans une déclaration conjointe sanctionnant les travaux du sommet, les participants, des dirigeants des pays africains, dont les membres de la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA, les présidents tournants des principales organisations sous-régionales africaines et le président de la Commission de l'UA, ont mis l’accent sur "l'importance de la collaboration mondiale" et appelé à "une coopération internationale intensifiée, à l'unité, solidarité et efforts conjoints pour contenir et atténuer la pandémie".

Les dirigeants africains et chinois ont exprimé leur "profonde préoccupation devant les défis sans précédent, immédiats et conséquents que pose la menace de propagation de Covid-19 aux populations du monde entier, en particulier son impact majeur sur la vie et la santé des Africains".

Les dirigeants ont reconnu, en outre, "l'importance des questions de santé publique pour la paix et la sécurité mondiales et le bien-être des populations du monde entier, en particulier le fait que l'Afrique est extrêmement vulnérable aux ravages de ce virus et a besoin de solidarité et de soutien".

De plus, ils ont appuyé dans la Déclaration, l'appel du Secrétaire général de l'ONU à "une réponse unie" à COVID-19, et à "faire cessez les armes", soulignent l'existence d'une "relation étroite entre la paix, la sécurité et le développement".

À ce propos, la partie chinoise, a exprimé son opposition à "l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Afrique par des forces extérieures".

Dans la même Déclaration, la partie africaine a soutenu la position de la Chine concernant Taiwan et Hong Kong.

Non à la politisation et à la stigmatisation du virus

Par ailleurs, les participants ont exprimé leur soutien "actif" au rôle de l'OMS dans la direction et la coordination de la réponse mondiale à Covid-19, tout en appelant la communauté internationale à "accroître son soutien politique et financier" à l'agence onusienne.

À ce propos, ils ont, à travers le document, dit non à la "politisation et à la stigmatisation du virus "et appelé la communauté internationale à prévenir conjointement la discrimination et la stigmatisation, à rejeter la désinformation et à renforcer la coopération dans la recherche et le développement de diagnostics, de thérapies, de médicaments et de vaccins".

Dans le même ordre d’idées, ils ont "consensuellement dit être d’accord pour le lancement, le plus tôt possible et en consultation avec les Etats membres de l'OMS, d'un processus par étapes d'évaluation impartiale, indépendante et complète, (...) pour examiner l'expérience acquise et les enseignements tirés de l'évaluation internationale coordonnée par l'OMS".

Sur un autre volet, les dirigeants africains et chinois se sont engagés à "soutenir le multilatéralisme, à s'opposer à l'unilatéralisme, à sauvegarder le système international centré sur l'ONU et à défendre l'équité et la justice internationales".

Pour ce qui de l’étape post-covid, les participants ont reconnu, l'importance de "la numérisation", d’où la nécessité, soutient-on, de faire en sorte d’"accélérer le développement de l'économie numérique en Afrique et à élargir les échanges et la coopération sur la numérisation, les technologies de l'information et de la communication, en particulier la télémédecine, la télé-éducation".

Un consensus s’est dégagé aussi autour de l’impératif de "tracer la voie de la coopération sino-africaine dans une ère post-Covid-19, et de travailler ensemble pour assurer le succès des événements du calendrier Forum sur la coopération sino-africaine FOCAC 2021".

Outre des dirigeants des pays africains, ont pris part à cette réunion des membres de la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA, les présidents tournants des principales organisations sous-régionales africaines et le président de la Commission de l'UA ont participé au sommet.

Le SG de l'ONU et le directeur général de l'OMS ont été conviés également en tant qu'invités spéciaux.

Le Sommet est une initiative conjointe entre la Chine, l'Afrique du Sud en sa qualité de président de l'Union africaine (UA) et le Sénégal en sa qualité de coprésident du FOCAC.